• 22.03.2018 17:00—19:00
Hall

En étroite collaboration avec le Master en Arts du Spectacle et le CiASp | Centre de recherche en cinéma et arts du spectacle vivant de l’ULB
Dans le cadre de « 2018. Année de la Contestation », une initiative de la Ville de Bruxelles

En français. Entrée libre. Réservation conseillée.

La transition écologique qui s’annonce suppose de savoir distinguer entre des besoins « essentiels », que les sociétés vont continuer à satisfaire, et des besoins qu’il faudra écarter, car ils sont néfastes au plan environnemental. Mais comment parvenir à établir cette distinction et quel sens a-t-elle politiquement ?   

Aux quatre coins du monde, les catastrophes naturelles se multiplient. Qu’on le veuille ou non, la planète va subir une transition écologique. La question est de savoir si elle sera chaotique – certains n’hésitent pas à parler d’ « effondrement » – ou si les sociétés pourront garder un contrôle sur cette transition. Une transition écologique maîtrisée suppose, entre autres choses, de parvenir à distinguer entre des besoins que nous allons continuer à satisfaire, des besoins « essentiels », et des besoins qu’il faudra écarter, car ils ne sont plus soutenables sur le plan environnemental. Mais comment parvenir à établir cette distinction ? Dans cette conférence, on relira certaines théories révolutionnaires du passé pour trouver des éléments de réponse à cette question.  

Razmig Keucheyan est professeur de sociologie à l’université de Bordeaux. Il est notamment l’auteur de Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques (la Découverte, 2010), et de La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique (la Découverte, 2014). https://razmigkeucheyan.wordpress.com